IMG_20150618_141553

L’Honorable Hadja Aissata Daffé, Députée de l’UFR : « C’est dommage que les musulmans  de notre pays soient restés 2 ans sans aller à la Mecque pour accomplir leur pèlerinage »


IMG_20150618_141553La rédaction de votre organe l’observateurguineen.com a reçu Mme Aissata Daffé, Députée à l’Assemblée Nationale, Députée CEDEAO, Membre du groupe parlementaire de l’Alliance Républicaine en même temps Présidente Nationale des femmes de l’UFR pour parler de la situation sociopolitique de notre pays. Entretien à chaud.

Lisez…

lobsevateurguineen.com : Quelle lecture faites-vous de la situation sociopolitique actuelle de notre pays ?

Honorable Aissata Daffé : La situation que nous traversons présentement est vraiment dommage. A ce jour du 18 juin 2015 même, il ya une délégation restreinte de l’opposition qui s’est déplacée pour rencontrer la mouvance afin de commencer un début de dialogue. La  Guinée ne mérite ce que nous traversons actuellement.

Toutefois, depuis 2013, ce dialogue a commencé, un dialogue que l’’opposition a toujours demandé. Et pendant l’année 2013, il y a eu des accords qui ont été signés par les deux classes politiques, avec l’assistance de la Communauté Internationale et, d’ailleurs, c’est ce qui nous a amené aux élections législatives.

Ainsi, en 2014, on pensait qu’après les législatives, qu’on attaquerait automatiquement les communales et les communautaires mais en vain.  Il  a fallu que l’opposition se retire pour qu’on revienne encore au tour de la table pour  discuter avec la mouvance  tout en pensant qu’au premier trimestre de 2014, que les élections locales seraient  tenues.

Mais  c’est dommage que cela n’a pas été le cas et  c’est ce qui continue à trainer. Donc, le gouvernement a essayé de tirer sur le temps afin de nous mettre à la dernière minute, devant les faits accomplis. Chose que l’opposition n’arrive pas à accepter parce que d’autres problèmes sont venus se greffer  à cela.

Aujourd’hui, à part les problèmes des  élections communales et  présidentielles, nous avons le problème du fichier électoral, nous avons  aussi le problème de la  CENI.

Les partis politiques  n’ont pas demandé à s’impliquer dans la gestion de la  CENI, mais ils veulent avoir des informations sur chaque  étape du processus électoral. Essayer d’informer les partis politiques, n’a jamais été le cas.

C’est  dommage qu’à 3 mois des élections présidentielles,  que les deux camps n’arrivent pas à se comprendre pour régler  des problèmes mineurs afin  qu’on puisse aller à des  élections crédibles, transparentes et accepter par tous.

Comment fonctionne  les députés à l’Assemblée Nationale ?

Vous savez cela fait un bon moment que  l’opposition a suspendu sa participation  à l’Assemblée Nationale.

Vous savez que l’opposition a vraiment participé aux  débats.  Nous pensons que tous les problèmes sont débattus, même les passages des ministres à l’hémicycle, l’opposition comme la mouvance posent des questions tant au niveau des commissions, qu’en inter commission aux ministres.   Donc, les débats se font réellement à l’Assemblée, parfois, si la réponse de certaines questions sont importantes pour le pays, nous votons oui.  Et  si elle n’est pas importante pour le pays, nous votons non.

Ebola est dans nos murs, il continue à tuer des innocents dans le pays. Votre message à l’endroit des populations guinéennes  en particulier et les membres du gouvernement en général ?

C’est un problème sur lequel on s’est beaucoup exprimé. L’UFR a eu à proposer deux journées lors de la session  passée afin de nous permettre de constituer une commission mixte afin de trouver des solutions sur la fièvre hémorragique à virus Ebola.  Et  cela a été voté et adopté à l’unanimité mais de surcroit,  cette proposition a été mise de coté comme cela provenait  de l’UFR.

Aujourd’hui, il n’est un secret pour personne l’existence d’Ebola dans notre pays, la Guinée. La gestion d’Ebola a été très mauvaise. Il y a des hommes de santé spécialisés pour ce genre de chose, qui peuvent  bien faire ce travail, mais si on veut mélanger la santé et la politique à la fois, rien ne marchera. D’ailleurs, c’est ce qui nous empêche   à lutter efficacement contre ce fléau.

Donc, que  le gouvernement comprenne  que dans des situations similaires de laisser les spécialistes travailler.  Tout  le monde ne peut pas porter une blousse, elle est faite pour le médecin.

Aujourd’hui, dès  qu’on dit qu’on va à la campagne de sensibilisation contre Ebola, on voit  les foulards jaunes  avec les agents sensibilisateurs et cela n’a rien à faire avec la politique.

C’est dommage que les musulmans  de notre pays soient restés 2 ans sans aller à la Mecque pour accomplir leur pèlerinage. En tant que musulmane, nous voulons accomplir ce devoir religieux.  Nous  avons les moyens financiers mais avec cette affaire d’Ebola, tout est bloqué.

Nous sommes à la fin de notre entretien, votre mot pour conclure….

Pour conclure, je m’adresserais aux militantes, militants et sympathisants  de l’UFR de rester souder car l’année 2015, c’est l’année de Sidya Touré. Il faut qu’on se donne la main, rien ne doit nous ébranler. Il  y a de cela 15 que M. Sidya Touré est à la tête de ce parti. Combien d’embuches il  a traversées pour être là ou nous sommes aujourd’hui ? N’écoutez personne, travaillons sur le terrain.   Notre objectif majeur  est d’amener M. Sidya Touré à Sekoutouréya en 2015.

Je vous remercie.

in lobsevateurguineen.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>