IMG_20180407_123452-770x470

AG de l’UFR: Bakary Goyo Zoumanigui  » il ne faut pas résoudre les problème de ce pays à moitié. Il faut les résoudre globalement »


L’Union des Forces Républicaine-UFR a tenue ce samedi 07 avril son assemblée générale ordinaire. Elle a tournée autour de deux points essentiels. Le retour du parti au sein du comité de suivi de l’accord politique du 12 octobre 2016 et l’ouverture de la session des parlementaires dites session des lois.

A l’entame de cette assemblée générale, les responsables du parti ont fait le compte-rendu à la base du retour de l’UFR au sein du comité de suivi de l’accord politique du 12 octobre 2016. Boubacar Barry faisait parti de la délégation de l’UFR à cette rencontre : « la première session a débattu je dirais de l’agenda, de quoi allons nous parlés. Parmi les différents points de réclamation, nous en ce qui nous concerne, nous avons estimé compte tenu de ce que nous avons vécu, nous avons subi lors des élections communales, il était question pour nous de mettre sur la tables nos réclamations », a-t-il expliqué.

Pour le président de séance, ce comité de suivi de l’accord politique ne doit pas se limiter à la résolution des crises post-électoraux : « il ne faut pas résoudre les problème de ce pays à moitié. Il faut les résoudre globalement. On ne se satisfera pas simplement parce que les conflits post-électoraux ont trouvé un début de solution. Et je ne pense même pas que ça trouvera un début de solution, sinon notre république va continuer à être un bananière où on bafoue la loi », a indiqué Bakary Goyo Zoumanigui.

La question de la création des commissions d’enquêtes pour retrouver et punir les auteurs de crimes de sang en Guinée sera défendue par l’UFR dans les travaux de la session des lois. « Nous, Alliance Républicaine, nous allons nous battre pour que les commissions d’enquêtes soient mises en place »S’agissant de l’ouverture de la session parlementaire, le député poursuit en annonçant que son parti soumettra à l’Assemblée des propositions de lois notamment la mise en place d’un office du baccalauréat et le contrôle des aliments.

Goyo Zoumanigui n’a pas manqué de critiquer le nombre réduit de projets de lois recevables. « Le gouvernement a présenté 30 projets de lois, mais il n y a que six seulement qui sont recevables. Cela veut dire que les 24 autres ne sont pas rédigés dans les normes. Cela nous inquiète. C’est une preuve comme quoi le gouvernement, à un certain niveau, n’est pas efficace ou est incompétent. On ne peut pas , en tant que gouvernement, présenter des projets de lois qui sont irrecevables, parce que non formulés dans les règles de l’art. Est-ce que c’est consciemment fait ou c’est par médiocrité ? », s’interroge le député de l’Alliance Républicaine.

En ce qui concerne les réclamations politiques à la suite des fraudes qui ont émaillé les élections communales, ils devront êtres déposé ce mardi au niveau d’une sous commission chargé des questions électorale. Cette commission sera sous la tutelle du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation et au comité de suivi.

 

in riveresdusud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>