Sidya-Touré-1

Assemblée Générale de l’UFR : Communication du Président Sidya Touré ( la revue de la presse guinéenne)


La Revue de la presse !

Guineenews.org

Sidya Touré : « C’est la bipolarisation qui nous a emmenés à…»

Présidant samedi 14 avril au siège national du parti à Matam l’assemblée générale de l’Union des Forces Républicaines (UFR) dont il est le président, Sidya Touré a réitéré l’opposition de cette formation politique à la bipolarisation de la classe politique ainsi qu’au nouveau code électoral dont l’application sur le terrain fait aujourd’hui l’objet de nombreux contentieux électoraux.

En effet, dès son retour au sein du comité de suivi du dialogue, l’UFR a réitéré son opposition à l’idée de la nomination d’un chef de quartier par un parti politique. « Nous avons porté à la connaissance du comité de suivi le problème qui était le nôtre et que tout le monde connait. Ce qu’il faut retenir, c’est que beaucoup de ces problèmes qui sont posés étaient dans le fief de l’UFR. Nous avons posé nos problèmes. Le premier problème, nous avons dit, le code électoral qui a été adopté sans le consentement de l’UFR est u mauvais code électoral. Et ce code, tout le monde est d’accord aujourd’hui que l’UFR avait raison. Et comme nous n’avons même pas de décret d’application, c’est que les problèmes qui sont posés, personne n’en connait les solutions. Vous ne pouvez pas laisser le problème de gestion des quartiers aux partis politiques. Non seulement c’est une mauvaise idée, mais on a vu pendant les dernières élections que dans certains cas, ce n’est pas applicable. Nous sommes opposés à l’idée de nommer les chefs de quartier, ce n’est pas jouable, c’est amener des dissensions dans les quartiers et les districts. Nous estimons que nous devons revenir sur ce code électoral pour en examiner l’applicabilité par des juristes », a expliqué le président de l’UFR.

Deuxième problème, les républicains dénoncent la bipolarisation de la classe politique, l’idée de dire mouvance et opposition. « Nous disons, il faut arrêter la bipolarisation dans le cadre de la Guinée. C’est dangereux pour nous. Parce que c’est la bipolarisation qui nous a emmenés à cette perception communautaire de la politique dans notre pays. Il faut supprimer cette histoire. L’opposition restera l’opposition, la mouvance restera la mouvance. L’opposition est plurielle. Nous sommes pour nous-mêmes, nous ne sommes pour personne. L’UFR est pour l’UFR. Là où il y a notre intérêt, nous allons avec ces personnes. Nous avons des objectifs pour gouverner ce pays. Nous ne sommes pas allés là-bas pour suivre quelqu’un dans l’opposition républicaine, pour aider à élire un président. Nous ne sommes pas allés de l’autre côté pour aider quelqu’un. Ce n’est pas notre rôle. Notre rôle à nous, c’est pour arriver au pouvoir nous-mêmes. Voilà la raison pour laquelle nous avons dit que cette bipolarisation est sociologiquement et socialement dangereuse. Il y a beaucoup de problèmes aujourd’hui en Guinée. Les problèmes économiques assaillent les Guinéens. Et quand ces problèmes deviennent beaucoup, ils se transmettent au niveau économique », a souligné le président de l’Union de Forces Républicaines.

Sidya Touré salue l’action de la Justice contre les communicants du RPG et de l’UFDG

Le débat communautariste sur les réseaux sociaux ayant conduit à l’arrestation des communicants du RPG et de l’UFDG a été l’un des sujets abordés à l’Assemblée générale de l’Union des Forces Républicaines (UFR) animée par le président duit parti samedi 14 avril à Matam.

D’entrée de jeu, Sidya Touré a déploré les nombreux contentieux électoraux nés de la fraude qui a émaillée les dernières élections locales qui, dit-il, a donné lieu à beaucoup de contestations, d’amertume et même au fait que certains puissent dépasser le cadre requis.

Parlant de l’arrestation des communicants de l’UFDG et du RPG, il a rappelé que cela fait longtemps que l’UFR interpelle sur ces questions. « Ça fait longtemps que l’UFR pose le même problème en Guinée, à savoir la paix, la paix civile, la paix entre tous les Guinéens. Nous n’avons pas cessé de prôner cette paix, nous n’avons pas cessé de prôner le fait aussi que le débat que nous avons entre nous est un débat d’idée. C’est un débat politique, quelque fois des débats sur des questions économiques. Mais nous n’avons jamais mis en avant l’appartenance de telle ou telle personne à une communauté ou à un groupe ethnique. L’UFR n’a jamais fait cela. L’UFR est un parti qui porte un programme de gouvernement, qui porte un programme pour le développement social et économique pour le pays, qui porte l’espoir en beaucoup de Guinéens de voir notre pays enfin évoluer », a souligné l’ancien Premier ministre.

Sidya Touré a, à cet, félicité les communicants de l’UFR qui, dit-il, ne se sont pas laissés emporter par ce « débat nauséabond » auquel on a assisté à un moment donné entre les deux partis politiques.

Il n’a pas manqué de saluer l’action de la Justice et celle de la société civile qui ont conduit à mettre un terme à cette situation tout en déplorant l’attitude des communicants des deux partis politiques : « On doit saluer l’action du ministère de la Justice et du procureur de la république dans cette affaire qui avait commencé à polluer l’atmosphère politique. Parce qu’il est arrivé à un moment, on disait des choses extrêmement graves sur le net. Je vous invite à éviter de tels comportements. Malheureusement, les amis de l’UFDG et du RPG, parce qu’il faut les citer, ont complètement dépassé les bornes dans cette affaire. Et j’ai salué l’action du procureur de la république pour avoir interpelé dans les deux camps. Je félicite la société civile, à travers le balai citoyen, qui s’est mis en avant pour interpeler la justice ».

Le président de l’UFR entend rencontrer cette semaine les responsables de la société civile et prouver ainsi, pour reprendre ses propres termes, que ceux qui veulent nous plonger dans le débat communautaire n’y arriveront pas. « Ou on est chef de parti en Guinée ou on est chef de communauté et il n’y a pas de place pour ça », a-t-il ajouté.

Et de conclure : « Notre pays ne peut pas descendre aussi bas. Nous avons beaucoup de problèmes à résoudre. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles, nous avons demandé à revenir dans le comité de suivi. C’était notre place en tant que troisième force politique du pays. Il y avait notre place pour venir expliquer la position de l’UFR sur des questions qui nous assaillent ».

Lutte contre la corruption : au-delà des dénonciations, Sidya exhorte Alpha Condé à sévir comme au Ghana

A peine rentré d’une mission de son parti en Europe, le président de l’Union des forces républicaines a renoué avec les siens ce samedi au siège national dudit parti où il a présidé l’assemblée générale ordinaire ce samedi 14 avril.

Du haut du présidium, Sidya Touré s’est exprimé sur le phénomène de corruption qui gangrène le pays, alors qu’au Ghana où il a séjourné à la mi-mars, les autorités tirent leur épingle du jeu avec un procureur chargé de la lutte contre la corruption proposé par l’opposition.

Au même moment, le président Alpha Condé se plait dans la dénonciation de la pratique sans pour autant s’attaquer à la racine du mal étant donné que c’est lui qui a les rênes du pouvoir. Une situation qui rougit l’ancien Premier ministre, Sidya Touré.

«J’étais content d’entendre le président, il y a 3 jours, dire à la télévision qu’il y a des ministres voleurs. Mais moi, je dis que je l’encourage à balayer devant la porte là-bas. (…). Il y en a là-bas qui disent qu’ils sont docteurs. Mais ce sont des docteurs en vol», a lancé le Haut Représentant du chef de l’Etat aux anciens ministres qui ont servi le régime de feu le général Lansana Conté et qui se retrouvent aujourd’hui autour d’Alpha Condé.

Pour le leader de la 3ème force politique du pays, une fois que le président est conscient d’une telle situation, cela suppose que des solutions idoines soient prises aussitôt.

Rappelant de passage l’incarcération – aux Etats-Unis – de l’ancien ministre guinéen des Mines, Sidya Touré a laissé entendre que les voleurs qui prétendent s’ériger en donneurs de leçon, sont connus de tous, sans les citer nommément.

Les mis en cause se reconnaîtront-ils dans ces piques du président de l’Ufr ? Rien n’est moins sûr ! Car, ils se comptent aujourd’hui au bout du doigt, ses loyaux serviteurs du général Conté à s’être fait offrir des décrets les logeant dans des luxueux bureaux de la Présidence.

Mosaiqueguinee.com :

Corruption : Sidya met le pied dans le plat de l’entourage présidentiel et blanchit le PM

 L’ancien Premier ministre, Sidya Touré, a vigoureusement dénoncé la corruption qui caractérise, selon lui, la gouvernance actuelle. Le leader de l’UFR a invité Alpha Condé, le chef de l’Etat, à quitter le stade habituel de la dénonciation de ses ministres et à agir afin que les pratiques de corruption et de détournement des fonds publics cessent. La rédaction de Mosaiqueguinee.com vous propose la transcription de ce pan du discours à plusieurs thèmes de Sidya Touré ce samedi 14 avril 2018 au siège national de son parti.

Lisez

J’ai été content d’entendre le Président avant-hier ou il y a trois jours, dire à la télévision qu’il y a des ministres voleurs. Mais moi je dis que je l’encourage à balayer devant la porte là-bas. Quand la société civile est allée à la présidence, Dansa Kourouma a dit : président, il y a la corruption. On a dit oui, mais il faut donner les preuves…Il faut redresser cette situation économique et sociale. Mais pour ça, tu as besoin de gens qui ne soient pas corrompus. Y en a là-bas qui disent qu’ils sont des Docteurs, mais ce son des docteurs en vol. Une fois que le Président a annoncé ça, il devait proposer des solutions. Au lieu de ça, on critique le pauvre Premier ministre qui est assis là et qui essaie de faire ce qu’il peut.

Depuis qu’il est à la primature, je n’ai jamais entendu qu’il a volé. Alors que d’autres sont là-bas, on sait qu’ils sont des voleurs. Lui-même dit qu’il y a des gens comme ça, au lieu de les sanctionner, au lieu de leur demander où sont passés les trucks qu’ils ont négociés, où est l’argent de la bauxite, on va raconter des histoires de gauche à droite. Ceux qui sont responsables de la chute de l’économie de ce pays, on les connait depuis le temps de Lansana Conté. Alors que ceux-là continuent encore à piller le pays, ils ne peuvent pas donner des leçons. En plus, ils ne peuvent pas donner des leçons parce qu’ils ne sont même pas instruits, ce sont des menteurs.

Vous savez bien qu’il y a un ancien ministre guinéen en prison aux USA. Alors sachez aussi que d’autres sont là, ils montent et descendent, mais ils sont visés par les enquêtes. S’il y a un point sur lequel je suis prêt à aider le Président Alpha Condé, c’est pour qu’on retrouve l’argent que les gens-là volent… On les voit en train de monter et descendre avec des millions de dollars, après on vient nous dire c’est comme ça que ça doit marcher…  La mission du FMI est là, on leur dit où sont les recettes, ils sont incapables de dire où sont les recettes.  Vous ne pouvez pas être avec quelqu’un, dire que vous l’aimez alors que vous piochez sous ses pieds tous les jours.  Les difficultés que nous avons aujourdhui dans le pays, il faut en sortir. Si le Président veut en sortir, nous lui apporterons notre contribution parce que ça commence par le bon fonctionnement de l’Etat, la vérité des chiffres, la vérité des contrats signés…

Mediaguinee.com :

A propos du ‘’débat nauséabond’’ sur le net, Sidya Touré dégaine : ‘’ou on est chef de parti ou chef de communauté’’

Le président de l’Union des forces républicaines (UFR), Sidya Touré, de retour d’un voyage a pris part ce samedi 14 avril à l’assemblée générale de son parti sis à Matam. Dans son allocution, le président de l’Union des Forces Républicaines a dénoncé l’attitude des communicants des partis RPG Arc-en-ciel (au pouvoir) et UFDG (principal parti d’opposition) dans les discours qui incitent à la haine et à la violence.  Il accuse les responsables politiques de ces partis d’être derrière ce débat guidé. Sidya Touré félicite les jeunes communicants de son parti pour ne pas s’être mêlés à ce débat qu’il qualifie de « nauséabond ».

Dans tous les pays on doit avoir une société civile comme Balai citoyen

À l’entame, le président Sidya Touré à estimé que tout cela est dû à la mauvaise organisation des élections communales.

« Je voulais dans l’ambiance qui a prévalu dans notre pays avec ces élections communales mélangées complètement, vous savez comment les élections se sont passées, cela a donné lieu à beaucoup de protestations, à beaucoup d’amertumes, cela a donné lieu même à ce que certains puissent dépasser le cadre requis quand nous sommes en train de parler de démocratie. Aujourd’hui vous constatez le Ministère de la Justice a eu à interroger les gens et même quelques fois interpeller les communicants de certains partis politiques. Il y a longtemps que nous parlons de ces questions, ça fait longtemps que l’UFR prône la même chose en Guinée, nous n’avons pas cesser de prôner la paix dans ce pays, à savoir la paix des cœurs, la paix civile et la paix entre tous les Guinéens. Nous n’avons pas cessé de prôner cette paix, nous n’avons pas cessé de prôner le fait aussi que le débat que nous avons entre nous est un débat guidé, c’est un débat politique, c’est des fois un débat sur des questions économiques mais nous n’avons jamais mis en avant l’appartenance de tel ou tel à une entité ou à un groupe ethnique. L’UFR n’a jamais fait ça», affirme-t-il.

Pour Sidya Touré, tout le monde gagnera ou perdra dans ce pays car le jour où tout basculera, il n’y a pas une ville ici à côté où tout le monde ira se cacher. « On ne va pas aller se cacher tous à Kassa hein ! (…) Donc nous devons tous éviter cela en disant que l’UFR est un parti qui porte un programme de gouvernement, qui porte un programme pour le développement social et économique de ce pays, qui porte l’espoir de beaucoup de Guinéens de voir notre pays enfin évoluer. C’est ça l’UFR. Et je dois féliciter nos jeunes communicants parce qu’ils ne se sont pas laissés emporter dans ce débat nauséabond auquel on a assisté à un moment donné entre les deux partis politiques dont on doit dénoncer le comportement dans ce cadre là », dénonce-t-il.

« Aujourd’hui, la justice s’en est mêlée et il y en a même qui vont être interpelés à l’étranger et je salue l’action du Ministère de la Justice et du procureur de la République dans cette affaire. Parce qu’il est arrivé à un moment donné on lisait des choses sur le net, c’était extrêmement grave ! (…) Il faut éviter de dire certaines choses et malheureusement nos amis que ce soit du RPG ou de l’UFDG parce qu’il faut les citer, ont complètement dépassé les bornes dans cette affaire. Je salue l’action du procureur de la République qui a interpelé les gens dans les deux camps, on n’a pas du tout laissé. La justice a dû intervenir parce que la société civile à travers le balai citoyen que je félicite encore une fois, une deuxième et une troisième fois parce que dans tous les pays il faut une société civile comme ça qui peut nous dire arrêtez-vous enfin vous êtes en train d’exagérer, vous allez trop loin. La justice a réagi parce que le balai citoyen s’est mis en avant pour les interpeler. Je vais demander à rencontrer leur responsable dans la semaine-là puisque je n’étais pas là pour les féliciter personnellement de cette action qui a été prise et leur démontrer que ceux qui veulent nous plonger dans le combat communautaire, ils n’y arriveront pas. Ou on est chef de parti ou on est chef de communauté et ça il n’y a pas de place pour ça! » a t-il insisté

Guineematin.com :

Sidya Touré aux collaborateurs du président Alpha Condé : « il y a des gens là-bas, c’est des docteurs en vol »

L’actualité sociopolitique nationale a polarisé l’attention ce samedi 14 avril 2018 à l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFR (Union des Forces Républicaines). Sidya Touré, leader du parti, a présidé la rencontre qui a connu une forte mobilisation des militants de la 3ème force politique en Guinée. Le Haut Représentant de l’Etat s’est félicité des poursuites judiciaires engagées contre les communicants du RPG et l’UFDG, avant de dénoncer l’entourage du président Alpha Condé, dont certains sont des corrompus, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Pour ce qui est de l’interpellation des communicants de l’UFDG et du RPG-Arc-en-ciel, Sidya Touré rappelle que « cela fait longtemps que nous avons parlé de ça, puis que nous prônons la paix du cœur, la paix civile…On a assisté à un débat nauséabond à un moment donné entre les deux partis politiques dont on doit dénoncer le comportement dans ce cadre là. Aujourd’hui, la justice s’en est mêlée et il y en a même qui vont être interpellés à l’étranger. Je salue donc l’action du ministère de la justice, du procureur. On disait des choses sur le net, c’était extrêmement grave. Donc, nos amis de l’UFDG et du RPG, il faut dire leurs noms, ont complètement dépassé les bornes », a dit le président de l’UFR.

Par ailleurs, Sidya Touré s’est félicité du fait que « les interpellations aient pu se faire dans les deux camps. C’est le lieu aussi de féliciter le Balai Citoyen qui est à l’origine de la plainte visant les communicants ».

En outre, le Haut Représentant du chef de l’Etat est revenu sur la récente sortie du président Alpha Condé qui a traité certains ministres de voleurs. « J’ai été content d’entendre le président de la République dire qu’il y a des ministres voleurs. C’est ce qu’il a dit. C’est pour ça que je l’encourage de balayer devant sa porte là-bas, parce que c’est devenu difficile. Il faut redresser cette situation économique et sociale. Mais pour ça, tu as besoin de gens qui ne sont pas corrompus. Il y a des gens qui sont assis là-bas, c’est des docteurs en ceci ou cela. Mais, ils ont des doctorats en vol. Une fois que le président a annoncé ça, je me suis dit on pouvait proposer des solutions. Au lieu de ça, on critique le pauvre premier ministre qui est assis là… Donc, ceux qui sont là et qui continuent de piller le pays ne peuvent pas donner de leçons », a martelé l’ancien premier ministre.

Sidya Touré a également réitéré l’appartenance de sa formation politique à l’opposition plurielle. Pour lui, on doit se départir de la bipolarisation politique en Guinée. Une situation qui fait qu’aujourd’hui, « quand tu dis RPG, on voit Malinké, et quand on dit UFDG, on voit Peulh ».

VisionGuinee.info :

Dérives sur les réseaux sociaux, Sidya Touré flingue le RPG et l’UFDG : ‘’Ils ont dépassé les bornes’’

 Plusieurs communicants du RPG Arc-en-ciel et de l’UFDG sont dans le viseur de la justice. Après deux jours de détention à la Maison centrale de Coronthie, ils ont bénéficié d’une liberté provisoire en attendant leur procès.

Le haut représentant du chef de l’Etat félicite la justice qui s’est mise en branle et cogne sur le parti au pouvoir et l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).  Sidya Touré se réjouit que l’UFR ne s’inscrive pas dans la propagation de propos haineux.

‘’Depuis très longtemps, on prône la paix entre tous les guinéens. Nous n’avons pas cessé de prôner la paix et de souhaiter qu’on ait des débats d’idées. Nous n’avons jamais mis en avant l’appartenance de telle ou telle personne à une communauté ou ethnie. L’UFR n’a jamais fait ça’’, indique-t-il.

Pour l’ancien Premier ministre, ‘’nous devons comprendre que nous gagnerons ensemble ou nous perdrons tous’’. Le dirigeant de l’UFR a félicité les communicants de son parti qui, selon lui, ‘’ne se sont pas laissés emporter par des débats nauséabonds auxquels on a assisté à un moment donné entre deux partis politiques (UFDG et RPG)’’

Selon son constat, ‘’à un moment donné, on lisait des choses sur le net qui étaient extrêmement graves. Vous pouvez ne pas être d’accord avec quelqu’un, mais il faut éviter de dire certaines choses. Malheureusement, nos amis, qu’ils soient de l’UFDG ou du RPG ont complètement dépassé les bornes’’.

Sidya Touré cogne sur des leaders politiques : ‘’Ou on est chef de parti ou on est chef de communauté’’

 Sidya Touré est contre les discours haineux et propos choquants sur les réseaux sociaux. Le haut représentant du chef de l’Etat a déclaré samedi que des partisans de l’UFDG et du RPG Arc-en-ciel ont dépassé les bornes dans la diffusion des propos haineux.

L’ancien Premier ministre a salué la décision du procureur de la République de déclencher des poursuites judiciaires contre des militants des deux principales formations politiques du pays pour incitation à la haine et à la violence.

Il affime qu’il faut à la Guinée des activistes de la société civile capables de tirer la sonnette d’alarme quand il faut et mettre fin à la recréation.

Le leader de la troisième force politique du pays entend rencontrer des responsables du Balai citoyen, à l’origine de la plainte contre des auteurs de propos haineux, pour les ‘’faciliter et démontrer que ceux qui veulent nous plonger dans le combat communautaire n’y arriveront pas’’.

Pour le dirigeant de l’UFR, ‘’ou on est chef de parti ou on est chef de communauté. Et ça il n’y pas de place’’. Il dénonce la montée des discours haineux à contenance communautariste sur les réseaux.

Guinee7 :

‘‘Au lieu de trouver des solutions, on critique le pauvre premier ministre qui essaie de faire ce qu’il peut’’, dixit Sidya Touré

Au cours de l’assemblée générale de son parti, Sidya Touré a parlé de la gestion du gouvernement actuel.

« J’ai suivi le président à la télé lorsqu’il a dit qu’il y a des ministres voleurs ainsi de suite, mais j’ai dit voilà. Je l’encourage à balayer devant sa porte. Quand Dansa Kourouma est allé au Palais il a dit qu’il y a la corruption, on lui a demandé d’en apporter la preuve. Mais je crois que lui-même (Alpha Condé, ndlr) a les preuves, parce qu’il il a commencé à le dire. La réalité économique est difficile. Il faut redresser cette situation économique et sociale. Mais pour ça, tu as besoin de gens qui ne sont pas corrompus. Il y a des docteurs de ceci ou cela, mais c’est des « docteurs mougnati » (docteurs voleurs). Une fois que le président a annoncé ça, je crois qu’il devrait proposer les solutions », a fait savoir l’ancien premier ministre.

Pour Sidya Touré, « au lieu de chercher à trouver des solutions, on critique le pauvre premier ministre qui est assied-là et qui essaie de faire ce qu’il peut. On est en train de parler de l’avenir de notre pays, lui-même (Alpha Condé, ndlr) a dit qu’il y a des gens comme ça, mais au lieu de les sanctionner, leur demander où sont passés les contrats qu’ils ont négociés, où est l’argent de la bauxite, on va raconter des histoires. Ceux qui sont responsables de la chute de l’économie de ce pays depuis Lansana Conté, on les connait. C’est ceux-là mêmes qui continuent encore de piller le pays et ils ne peuvent pas nous donner des leçons».

« S’il y a un point sur lequel je suis prêt à aider le président Alpha Condé, c’est de l’aider à retrouver l’argent volé. Ce qui n’est pas acceptable, c’est de voir ces gens-là en train de nous donner des leçons. On les voit monter et descendre avec des millions de dollars de l’Etat guinéen, après ils viennent dire que c’est comme ça que ça doit se passer. Aujourd’hui la Guinée est dans une situation difficile. Au lieu de trouver des solutions, on passe son temps à raconter sa vie », a-t-il ajouté.

Pour tout dire,  » cela commence par un bon fonctionnement de l’Etat, ça commence par la vérité des chiffres, ça commence par la vérité des contrats qui sont signés. Si nous voulons sortir de là, c’est le chemin. Nous devons nous organiser pour être comme les autres pays. Il y a des difficultés économiques dans ce pays, on peut en sortir, mais ce n’est pas possible dans le mensonge, les tricheries, l’incompétence », a conclu Sidya Touré.

Sidya se félicite de l’interpellation des communicants du RPG et de l’UFDG : « je salue cette action du ministère de la justice et du procureur de la république »

Depuis le présidium de l’assemblée générale de son parti, ce samedi 14 avril, le président de l’Union des Forces Républicaines, Sidya Touré a salué les actions menées par le ministère de la justice et la cellule balai citoyen dans l’interpellation des personnes ayant tenu des propos haineux sur les réseaux sociaux, avant de déplorer l’attitude des communicants du RPG (parti au pouvoir) et de l’UFDG (principal parti de l’opposition) dans ce cadre.

« Aujourd’hui vous constatez que le ministère de la Justice a eu à interroger et même quelque fois interpellé les communicants de certains partis politiques. Ça fait longtemps que nous parlons de ces questions, ça fait longtemps que l’UFR prône la même chose en Guinée à savoir la paix entre tous les Guinéens, nous n’avons pas cessé de prôner cette paix. Nous n’avons pas cessé de prôner aussi que le débat qui est entre nous est un débat du peuple, c’est un débat politique mais nous n’avons jamais mis en avant l’appartenance de telle ou telle personne à une communauté ou a un groupe ethnique, l’UFR n’a jamais fait ça », a déclaré Sidya Touré à l’entame de ses propos.

Et de poursuivre : « Nous devons comprendre dans notre pays que nous gagnons ensemble ou nous perdons tous, parce que le jour où ça va basculer il n’y a pas une île à côté ici et on ne peut pas tous aller se cacher à Kassa. Donc nous devons toujours éviter cela en disant que l’UFR est un parti qui porte un programme de gouvernance, de développement économique et social de ce pays et qui porte l’espoir de beaucoup de Guinéens pour voir aujourd’hui notre pays enfin évolué. »

Par ailleurs, le haut représentant du chef de l’Etat a félicité les jeunes communicants des son parti qui selon lui, « ne se sont pas laissés emporter par ce débat auquel on a assisté à un moment donné entre les deux partis politiques dont on doit dénoncer le comportement dans ce cadre là ».

Avant d’ajouter : « aujourd’hui la justice a intervenu, il y en a même qui vont être interpellés à l’étranger, donc je salue cette action du ministère de la Justice et du procureur de la République qui a interpellé des gens dans les deux camps. Mais la justice a réagi parce que la société civile à travers le Balai Citoyen que je félicité également, s’est mis en aval, parce que dans un pays il faut une société civile comme ça. Je vais même demander à rencontrer leurs responsables la semaine prochaine, pour les féliciter personnellement pour cette action. »

Enfin Sidya Touré estime que « vous pouvez ne pas être d’accord avec quelqu’un, mais il faut éviter de dire certaines choses et malheureusement que ce soit nos amis du RPG ou de l’UFDG ont complètement dépassé les bornes… Ceux qui veulent nous plongers dans le combat communautaire, ils n’y arriveront pas. Ou on est chef de parti en Guinée, ou on est chef de communauté et ça il n’y a pas de place pour ça », a conclu le président de l’UFR.

 

Cellule Com UFR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>