L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE l’UFR DE CE SAMEDI 9 MARS 2019

Ce samedi 9 mars 2019, l’Assemblée Générale de l’Union des Forces Républicaines (UFR) présidée par le Premier Vice Président du Parti, Honorable Goyo ZOUMANIGUI, s’est articulée autour des informations, de la restructuration du Parti et des divers et ce, en présence des militantes et militants fortement mobilisés.

Le vice-président Honorable Bakary Goyo Zoumanigui, prenant la parole, a entamé cette Assemblée Générale, par une mise aux points sur toutes les rumeurs lui concernant  » Depuis Abidjan j’entends des choses. Je vais vous dire que moi je suis le fondateur de l’UFR. Je quitterai ce parti pour rien au monde. On crée un parti politique pour conquérir le pouvoir , l’obtenir et l’exercer  » a tranché le Vice President de l’UFR.

Pour le Coordinateur de SONFONIA, Bill de Sam : « La Guinée n’est pas la propriété du papa de quelqu’un. Donc il faut que nous nous levions pour dire qu’il n’y aura pas de troisième mandat en Guinée. C’est la seule manière de les effrayer. Mais, si nous nous taisons jusqu’à ce qu’ils lancent le référendum, ils diront qu’il a été accepté par la population… Alors, soyons prêts et déterminés. Déjà chez moi, tout le monde connaît ma détermination, peut-être qu’ils vont me tuer un jour mais, ils ne me tueront pas tous les jours ».

Se prononçant sur la mise en circulation de nouveaux billets de banque, le Vice Président, Honorable Ibrahima BANGOURA l’a, au cours de l’Assemblée Générale, déplorée en ces termes : « Comme la campagne pour le troisième mandat s’annonce, les gens ont fait sortir des billets de 2000, 10.000 et 20.000 FG. Et ce sont ces mêmes billets qu’on voit circuler dans les concessions à Conakry et à l’intérieur du pays (…) Au lieu de servir à la construction de nos routes, hôpitaux et écoles et à l’amélioration des conditions de vie des Guinéens, on distribue cet argent pour faire la campagne du troisième mandat ».

Le Secrétaire Exécutif, l’honorable Saikou Yaya BARRY a invité les citoyens à identifier ceux qui continuent de distribuer l’argent public pour violer notre contrat social, la constitution aux fins du troisième mandat. Il n’a pas manqué de rappeler les conditions déplorables dans lesquelles vivent les populations, avant d’ajouter que, cet argent pouvait servir à construire des hôpitaux, des écoles, des routes, … .

Cellule Com UFR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *