CRISE POLITIQUE EN GUINEE : L’ONUSIEN IBN CHAMBAS CHEZ LE PRESIDENT SIDYA TOURE

En Guinée depuis le mardi 10 mars 2020, le Représentant du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Ibn CHAMBAS poursuit sa tournée. Après sa rencontre avec la Coordination Nationale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), l’Onusien s’est rendu, ce mercredi 11 mars chez le Président Sidya TOURE avec lequel il s’est entretenu durant une heure sur l’actualité sociopolitique du pays.

Devant les journalistes fortement mobilisés pour la circonstance, Mohamed Ibn Chambas a fait savoir avoir discuté sur le récent report du double scrutin législatif et référendaire. Pour lui, ce report est une opportunité pour les acteurs politiques et sociaux en vue de retrouver ensemble une solution consensuelle à la crise qui prévaut dans le pays.

Le Président Sidya TOURE a, quant à lui fait avoir abordé trois points essentiels lors de cet entretien. « Premièrement, c’est la violence d’Etat contre les citoyens. Depuis le 15 octobre 2019, nous avons pratiquement plus de 40 personnes qui ont été tuées dans compter celles qui ont été mutilées. Et j’estime que la communauté internationale doit reprendre ce dossier, notamment au niveau des droits de l’Homme. J’ai dit à monsieur Ibn Chambas que c’est de leur rôle, surtout qu’il y a une réunion qui est prévue, je crois à partir du 12 ou du 13 mars, avec le secrétaire général de l’ONU à Ouagadougou, et que cet aspect du problème doit être évoqué. Imaginez que la police tue deux opposants à Dakar, personne ne va dormir là-bas pendant trois mois. Ici on commence à banaliser le problème » Deuxièmement, c’est les arrestations abusives et pratiquement avec la torture. Des gens sont arrêtés dans des conditions qui ne sont pas définies, avec des fois des gens qui sont encagoulés. Des gens qui, des fois, sont déportés à Soronkoni (un camp de concentration, selon les opposants, situé à Kankan). » Le troisième point, ajoute le président de l’UFR, « c’est la mission des experts de la CEDEAO. Nous avons expliqué quelque chose qu’il (Ibn Chambas, ndlr) connait, parce que quelqu’un d’entre eux avait participé à l’audit du fichier électoral qui avait été effectué ici avec plus de 7 personnes mais aussi avec toutes les organisations, que ça soit l’OIF, les Nations Unies, l’Union européenne, on a rédigé un rapport consensuel qui a été distribué à tous. Le fait de dire que ce rapport n’a pas été respecté, c’est ce qui a amené l’OIF à partir, ne permet de penser que 3 personnes peuvent arriver de la CEDEAO et qu’en dix jours, ils vont venir dire le contraire. Donc, j’estime que tout ce qu’on est en train de dire au niveau des experts, je trouve que ça n’a aucun sens (…) Donc je crois que les Nations Unies viennent de réaffirmer le caractère consensuel et inclusif des élections. C’est ce à quoi nous viendrons. Ce n’est pas à 3 personnes de venir changer quoi que ce soit à cela », a prévenu l’opposant.

Le dernier point évoqué par le Président Sidya TOURE en marge de sa rencontre avec Ibn Chambas, c’est la venue des experts de la CEDEAO mais aussi et surtout son désir de voir organisé en Guinée un scrutin inclusif. « …L’autre chose, c’est de dire que ceux qui ont eu raison de dire que le fichier était mauvais et qui ont quitté la table, la communauté internationale vient de confirmer ce qu’ils ont dit mais, quand on aura fini de corriger ça, eux, ils ne viendront pas aux élections. On est dans quel pays-là ! Ce n’est pas Alpha lande ici, c’est la République de Guinée. Donc, tout le monde est concerné par les élections. Je crois que les Nations Unies viennent réaffirmer le caractère consensuel et inclusif des élections. C’est ce à quoi nous viendront. Ce n’est pas trois personnes qui vont venir changer quoi que ce soit à cela », a martelé Sidya Touré.

 

 


Laisser un commentaire

Your email address will not be published.Required fields are marked *