LA GUINÉE DISQUALIFIÉE DU MCC : un proche du Président Sidya TOURE réagit ….

La Guinée n’a pas été retenue par l’agence de notation Freedom House dans le cadre du programme du Millenium Challenge Corporation (MCC) et ce, à cause des violations des valeurs démocratiques et de droits de l’homme. Notée à 9/20 selon le gouvernement, la Guinée perd ainsi un don estimé à 500 millions de dollars dans un contexte où les caisses de l’Etat semblent être vides. La perte de cette manne financière pour des raisons de non respect des valeurs démocratiques ne laisse pas l’opinion nationale indifférente. Encres et salives ont coulé depuis l’annonce de cette information.

A l’Union des Forces Républicaines (UFR), les réactions suffisent de partout. Mais le Chef de Cabinet du Président Sidya TOURE estime que la Guinée ne perd pas seulement de l’argent mais elle perd surtout la confiance des partenaires au niveau international. Ce qui serait, selon M. Abdul Kader MAKANERA dommage pour le gouvernement qui perd ainsi le peu de crédit qui lui semblait resté. Pour ce proche du leader de l’UFR, ce sont là les conséquences du 3ème mandat.

C’est à travers son compte Facebook que le Chef de Cabinet du leader de l’UFR s’est exprimé en ces termes : « La Guinée a été disqualifiée du Millenium Challenge Program par les Etats-Unis à cause du 3ème mandat. Ce qui empêche ainsi le pays d’accéder à un don de + ou – $500 millions. Mais le plus grave est que ce programme sert de boussole au marché des capitaux et d’autres institutions publiques d’aide au développement comme l’AFD et les institutions de Breton Woods. Les conséquences sont/seront énormes pour l’économie du pays. Le pays se retrouve essentiellement là où il était en 2010 : un Pays Pauvre Très Endetté sans aucune confiance des partenaires au développement. La souffrance annoncée par le gouvernement est très vraie semblable. C’est au peuple de décider jusqu’où il est prêt à être sacrifié pour satisfaire la folie de grandeur de l’équipe boulimique qui le dirige. »

Puis il ajoute une citation d’un Juge de la cour suprême des USA, Ruth Bader Ginsberg, pour interpeller les guinéens, qui stipule : “Quand la flamme de la lutte pour la liberté et la dignité s’éteint dans le cœur d’un peuple, aucune loi, aucun discours et aucune assistance ne peut le sauver des périls de la dictature.”

 

Fodé BALDE,

Responsable Communication digitale UFR


Laisser un commentaire

Your email address will not be published.Required fields are marked *