Mercredi 12 janvier 2020, nouvelle journée tendue en Guinée

A Conakry dans la capitale, on observe une paralysie totale des activités économiques et les rues et routes quasiment dessertes

Des affrontements sont signalés entre forces de l’ordre et jeunes manifestants dans les quartiers chauds de la haute banlieue, notamment à Wanindara et à Sonfonia.

A kaloum, le centre ville, les femmes sont sorties manifester pour dire non au 3eme mandat et à la volonté du parti au pouvoir  d’organiser des élections truquées. Certaines parmi elles  ont,  malheureusement  été violentées par les forces de l’ordres

A Yimbayah, dans la commune de Matoto, ce sont les femmes qui ont bravé la peur pour marcher et protester sur l’autoroute. Elles étaient une vingtaine a donné le ton avec les slogans anti troisième mandat et chants en langue nationale Soussou.

En province, c’est dans la ville proche de Coyah (50 km de Conakry) où la situation a été particulièrement tendue. Pendant plusieurs heures, très tôt le matin, les “Résistants” du FNDC ont bloqué la route nationale Coyah-Forecariah.

A Kolabounyi, ville minière, située à 300 km au nord de Conakry, un minibus a été incendié sur la route nationale et des pneus brûlés dans plusieurs carrefours.

A Boké, capitale de la bauxite guinéenne, c’est une machine, Caterpilar de la société Minière de Boké qui a fait les frais, complètement calcinés par des jeunes en colère.

A mi journée, aucune perte en vie humaine n’a été signalée mais plusieurs arrestations sont à déplorer dans les rangs des manifestants, notamment à Matoto Centre où un responsable de la jeunesse de l’Union des Forces Républicaines (UFR) de Sidya Touré a été arrêté avec les membres de sa famille. Yamoussa Sylla est actuellement placé en détention à la maison centrale de Conakry.

 

Nous y reviendrons

 

 

 


Laisser un commentaire

Your email address will not be published.Required fields are marked *